Souhaitez-vous faire fructifier votre capital et bénéficier ainsi de plus-values ? Pourquoi ne pas investir en Suisse ? Certes, ce pays européen a une mauvaise réputation de par son paradis fiscal (expression se référant aux impôts inexistants ou insignifiants, à l’absence de transparence, à la législation qui empêche l’échange d’informations ainsi qu’à la tolérance envers les sociétés-écran faisant une activité fictive), sauf qu’il offre également aux entreprises et aux particuliers de nombreuses possibilités d’investissement avec un environnement fiscal attractif.

Quelques conseils à suivre avant de placer de l’argent en Suisse

Avant de décider de réaliser un placement financier en Suisse, le mieux serait de bien analyser la question : « Comment placer mon argent ? ». En effet, même s’il est intéressant d’épargner dans ce pays voisin de la France, il est toujours important de placer son argent de façon intelligente pour être certain de faire des bénéfices. D’abord, les investisseurs doivent savoir minimiser les risques en bien choisissant les banques partenaires dans lequel ils désirent placer leur argent. Ensuite, ils sont tenus d’opter pour un placement stable et qui leur permet de générer des revenus complémentaires réguliers. Puis, dans la mesure du possible, il vaut mieux éviter de miser gros sur les types d’investissement à haut risque, car cela apporte presque toujours des pertes en capital.

À part cela, il faut surtout noter que les taux d’intérêts, dans les banques suisses, sont appliqués à un niveau relativement bas et, en contrepartie, les épargnants auront droit à une prime supplémentaire. Il s’agit d’une sorte de fidélisation de clientèle assez fréquente dans les banques en Suisse, et il serait plus judicieux de se renseigner auprès de l’établissement pour pouvoir profiter d’un placement financier rentable.

Les points à ne pas négliger sur l’exil fiscal en Suisse

Comment placer mon argent ? En guise de réponse, on peut dire que l’idéal serait d’ouvrir un compte en Suisse pour y placer ensuite une partie ou toutes ses économies. Il faut surtout reconnaître que, face à cette option, les lois française et suisse n’ont prévu aucune loi en ce qui concerne le plafond de placement maximum à verser pendant la souscription. Toutefois, les investisseurs devront tout de même savoir que les comptes anonymes sont strictement interdits dans ce pays, et les banquiers suisses font toujours une vérification systématique de l’identité de chaque souscripteur. Souhaitez-vous garder la discrétion de votre compte bancaire ? Si oui, le mieux serait,alors, d’opter pour le système helvétique. Celui-ci permettra aux épargnants d’utiliser des comptes numérotés. Pour ce cas-ci, les transactions qu’ils effectueront seront également désignées via un code.

En ce qui concerne l’exil fiscal, il est strictement interdit en Suisse. Si vous prévoyez donc d’expatrier vos économies, vous devez envoyer une déclaration à l’administration fiscale en utilisant le formulaire Cerfa n°-3916 de « Déclaration par un résident d’un compte ouvert hors de France ».

Partager cette article sur: