Avec la baisse continue des taux d’emprunt depuis plus d’un an, il est devenu particulièrement intéressant de renégocier son crédit immobilier. Toutefois, de nombreuses questions se posent avant de se lancer dans ces démarches longues et complexes : comment fait-on pour renégocier un crédit ? Quelles sont les astuces à connaître ? Le banquier est-il forcé d’accepter ? Et que faire s’il refuse toute discussion ?

Renégocier son crédit immobilier : qui est concerné ?

Les taux d’emprunt ne cessent de chuter et de franchir des paliers records. Le taux moyen effectif était de 3,3 % en 2014 ; il est aujourd’hui de 1,75 % sur 20 ans, voire 1,35 % sur la même durée d’emprunt pour des dossiers excellents. Pour un prêt immobilier de 200 000 €, la différence sur le coût total de l’emprunt côtoie les 40 000 € !

Qui est concerné par la possibilité de renégocier son crédit immobilier ? Ceux qui ont contracté un prêt il y a déjà plusieurs années, lorsque les taux atteignaient des sommets. Mais également les emprunteurs qui ont souscrit un crédit entre la fin de l’année 2015 et le début 2016 ; car en 6 ou 7 mois à peine, la différence sur les taux permet déjà de gagner entre 10 000 et 15 000 €.

Renégocier son crédit immobilier revêt plusieurs avantageux (à lire ici, sur le site de Vousfinancer). Notamment, cette opération permet de réduire :

  • Le coût total du crédit ;
  • La durée du prêt ;
  • Le montant des mensualités.

Vous avez donc tout à y gagner ! Mais comment faut-il s’y prendre pour renégocier ?

Tractations avec la banque

Avec des taux aussi avantageux, vous êtes prêt à renégocier votre crédit immobilier. Pour cela, vous devez commencer par vous rendre auprès de votre banque et ouvrir des discussions avec votre conseiller. Attention, toutefois : il faut savoir que l’établissement prêteur n’a aucune obligation d’accéder à votre demande. Et de fait, les banques font souvent la sourde oreille, parce qu’elles rechignent à perdre de l’argent sur votre emprunt.

Certaines astuces permettent d’augmenter vos chances au moment de renégocier votre crédit. En substance, vous allez devoir présenter votre meilleur profil à votre banquier, à savoir :

  • Des comptes solvables ;
  • Un comportement d’épargnant sérieux ;
  • Un attrait particulier pour les produits financiers proposés par votre banque (vous y avez, par exemple, souscrit votre assurance prêt).

Avant de tenter de renégocier votre crédit, pensez à dresser une liste des taux les plus avantageux mis en valeur par les concurrents. En montrant à votre banquier que vous avez tout intérêt à racheter votre emprunt pour en contracter un ailleurs, il se révèlera sans doute plus à l’écoute de vos arguments.

L’option du rachat de crédit

Si les discussions avec la banque ne mènent à rien et qu’il est impossible de trouver un accord, il reste une option : le rachat de crédit. Faute de renégocier son crédit, cette solution consiste à racheter l’emprunt auprès de la banque pour aller signer une offre chez un autre établissement prêteur.

Mais le rachat de crédit peut coûter cher. Le fait de rompre votre engagement avec la banque pour aller voir ailleurs occasionne des frais, et notamment des pénalités de remboursement anticipé (perçues par la banque, jusqu’à 3 % du capital restant dû), des frais de garantie à réinvestir (assurance emprunteur, caution bancaire, hypothèque, etc.) et des frais de dossier (qu’il est néanmoins possible de se faire offrir par le nouvel établissement prêteur).

En d’autres termes, si vous ne pouvez pas renégocier votre crédit immobilier, l’option du rachat de crédit n’est intéressante financièrement que si :

  • Le nouveau taux d’emprunt est inférieur d’au moins 1 point au vôtre ;
  • Vous n’avez pas encore franchi le premier tiers du remboursement ;
  • Vous avez emprunté plus de 50 000 €.

Passez par un simulateur de rachat de crédit pour savoir si cette opération vaut la peine. Ainsi, même si vous n’êtes pas en mesure de renégocier votre crédit, vous aurez toujours une solution de secours pour bénéficier des excellents taux du moment !

Partager cette article sur: