Avec le développement à grande vitesse de la Chine, on s’est dit que dans quelques années celle-ci se tiendra à la première puissance mondiale. Les derniers chiffres asiatiques ont montré que ce pays a son développement

au ralenti voire au recul, car son produit intérieur est à son plus bas niveau cette année si on se réfère sur la période de 2008 à 2016.

Les preuves en chiffre.

L’économie chinoise a évolué de 6,9 % le dernier trimestre de l’année 2015. Ce pourcentage est en basse si l’on se réfère à la croissance de l’année précédente qui a été à 7,3 %. Lorsqu’on se concentre sur la consommation des ménages, on peut voir que celle-ci est restée plus ou moins constante. Toutefois, ce n’est pas le cas pour la production industrielle et le commerce extérieur. Ces deux secteurs ont fait l’objet d’un léger recul comparé aux chiffres de l’année précédente. L’immobilier chinois est le domaine où l’on peut voir nettement de recul. Le krach des Bourses chinoises de l’été dernier vient alourdir cette croissance économique. Avec les mesures adoptées par le gouvernement chinois, le Yan ne cesse de se dévaluer et ceci a une répercussion sur le commerce extérieur.

Les origines de ce ralenti.

Depuis toujours les produits en Chine ont été présentés comme moins chers sur le marché et ceci est dû aux faibles coûts de main d’œuvre. Pour les grands investisseurs, il a toujours été intéressant de faire fabriquer ses produits en Chine. Dernièrement, ces coûts de travail ont augmenté et dépassent même ceux des autres pays comme La Thaïlande et les Philippines. Cette hausse du coût de travail a directement eu une répercussion sur la croissance économique de la Chine. Cette valeur n’est pas prête de diminuer, car le nombre de jeunes qui arrivent sur le marché de travail ne cesse de réduire, ce qui implique une hausse des coûts. Le coût de la pollution est aussi un frein pour les géants asiatiques. Chaque année cette valeur vient alourdir les charges et les entreprises doivent réserver à peu près de 1 400 milliards de dollars chaque année, un coût qui ne passe pas inaperçu. Si la production des entreprises chinoises a été maintenue au même chiffre, celle-ci a eu du mal à s’écouler sur le marché international. On a constaté une baisse de 1,8 % pour l’année 2015 contre la légère hausse de 2,28 % en 2014, ce qui est à l’origine de ce léger déclin de la Chine.

Partager cette article sur: