Exercer le métier de fiscaliste nécessite des connaissances approfondies sur de nombreux domaines. C’est une tâche très délicate et difficile. Bien que situé dans le domaine juridique, l’avocat fiscaliste devrait avoir beaucoup de qualités que ce soit sur la base de la fonction ou de l’organisation même de son travail.

Les conditions majeures

L’entreprise a besoin d’un fiscaliste pour être garant de sa stabilité au niveau de l’administration juridique et fiscale. Mais, il faut déjà qu’elle soit capable de trouver le bon avocat. Pour être un expert, il faudrait en premier lieu, avoir une solide connaissance sur les lois en vigueur, les différents décrets imposés par la loi qui régissent la communauté. Au niveau de l’enseignement, un master ou Bacc +5 en droit fiscal ou en droits des affaires et autres est requis comme diplôme pour pratiquer le travail.  Cependant, chaque personne désirant pratiquer le métier d’avocat fiscaliste est fortement encouragé à se lancer parallèlement dans la filière commerciale. C’est pour cela qu’un double diplôme à la fois dans le secteur financier et juridique est fortement recommandé pour bien exercer le poste. Le contrôle fiscal se ramifie aussi, par des cursus en financement et comptabilité. Par conséquent, beaucoup de domaines sont indispensables pour être en mesure de relever le défi d’être un avocat fiscaliste.

Le juriste ne peut pas exercer pleinement son activité s’il ne possède pas un Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat ou CAPA. Le diplôme d’Université de juriste Conseil d’Entreprise ou DJCE peut aussi être un atout maître pour exercer le métier de juriste ou fiscalité d’Entreprise. L’activité fiscale ne se limite pas non seulement, sur la localité, mais peut également, s’étendre à l’étranger par le biais de la fiscalité internationale.

D’autres qualités utiles

Quand on parle de droit fiscal, cela englobe beaucoup de branchement à savoir le droit fiscal, financier, international, public, commercial et ainsi de suite. Mais, pour être un avocat fiscaliste, cela ne suffit pas de connaître toutes les lois de son pays. Il faudra aussi, maitriser les langues étrangères. Au cas où la société a besoin d’étendre son activité à l’extérieur, c’est le fiscaliste qui se chargera de tous les aspects législatifs nécessaires pour légaliser la démarche telle l’obtention des numéros fiscaux et bien d’autres encore. À part cela, savoir bien organiser fait aussi partie des qualités fondamentales pour exercer le métier d’avocat fiscaliste. Pour un juriste indépendant, la qualité de ses services, son sens de la maîtrise du timing et d’organisation de travail lui permet de maintenir ses clients. Il devrait adopter une politique de travail irréprochable pour bien gérer son attribut. Un fiscaliste est quelqu’un de pratique, fiable et pour qui son client devrait avoir une confiance absolue, car c’est lui qui assure les opérations qui garantissent la survie de l’entreprise ou la société. C’est un pilier et comme tel, il se doit d’être une assurance pour le client. Tout ça pour dire que pour devenir un avocat fiscaliste, il ne suffit pas d’avoir des capacités intellectuelles impeccables puisque les qualités morales devront aussi être irréprochables.

Partager cette article sur: