Le statut de micro-entrepreneur est accessible à tout un chacun. Devenir auto entrepreneur n’est pas soumis à la moindre limite, et bien au contraire, vous avez la possibilité de continuer votre activité de salarié du privé ou de fonctionnaire en parallèle. Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure ? On vous explique tout ce que vous devez savoir à propos de cette structure professionnelle au sein de cet article !

Pourquoi est-il avantageux de devenir auto entrepreneur ?

Nombreux sont les avantages à opter pour l’auto-entreprise, comme l’ont bien compris les plateformes telles qu’espace-autoentrepreneur.com en proposant de créer votre propre société par leur intermédiaire.En effet, comme mentionné plus haut, ce statut est cumulable avec un contrat de salarié du privé ou bien un poste au sein de la fonction publique. Cela offre donc plusieurs possibilités :

  • Vous pouvez compléter vos fins de mois avec des revenus supplémentaires appréciables en exerçant votre activité secondaire.
  • Il est possible de mettre en œuvre un projet professionnelle mûrement réfléchi pendant des années mais dont la mise en œuvre par d’autres biais exposerait l’entrepreneur à des risques plus ou moins importants.
  • Vous pouvez envisager d’entamer une reconversion professionnelle sans perdre l’apport de vos revenus mensuels réguliers et principaux.

Par ailleurs, devenir auto entrepreneur offre la possibilité d’éviter de payer la TVA, donc de la facturer sur vos services et vos produits. Vous disposez de ce fait d’un avantage compétitif indéniable sur la concurrence de votre secteur.

Quelles sont les procédures à suivre pour accéder à l’auto-entreprise ?

Devenir auto entrepreneur est simple comme bonjour. Vous n’avez pas à vous déplacer où que ce soit, il vous suffit de vous connecter sur le portail des auto-entrepreneurs ou bien de faire appel à une société spécialisée comme évoquée précédemment.

La démarche à effectuer est un formulaire à remplir en ligne. Ce formulaire contient des informations sur vos nom et prénom, vos coordonnées (numéro de téléphone, adresse mail et physique) ainsi que la raison pour laquelle vous souhaitez ouvrir une nouvelle structure professionnelle. La nature de votre activité de free-lance définira à quel centre de formalité des entreprises vous serez affilié.

Suite à quoi vous vous verrez attribuer un numéro de SIRET. La réception du SIRET vous autorise immédiatement à commercialiser vos services et vos produits à votre clientèle. En d’autres termes, il est très simple et très flexible de créer une micro-entreprise.

Cette flexibilité se retrouve dans la cessation d’activité d’un micro-entrepreneur, qui se montre tout aussi facile à mettre en œuvre. Cela répond à la volonté du gouvernement qui, lorsqu’il a créé ce statut en 2009, souhaitait dynamiser le marché du travail. Visitez Entreprise et Compagnie pour en savoir plus sur la création d’entreprise.

Quelles règles doit-on observer en tant que micro-entrepreneur ?

Bien sûr, tant de souplesse ne va pas sans contrepartie et devenir auto entrepreneur s’accompagne de quelques contraintes. Mais les règles qui pèsent sur ce statut sont largement moins lourdes que celles qui régissent ceux qui décident de créer une entreprise telle qu’une EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) par exemple :

  • Le chiffre d’affaires doit être déclaré mensuellement ou trimestriellement. Il sert de base au calcul des cotisations fiscales et sociales du micro-entrepreneur. Notez que le chiffre d’affaires est plafonné à 70 000 euros pour les sociétés spécialisées dans les services, et à 170 000 euros dans la revente de biens.
  • Les micro-entrepreneurs doivent tenir un carnet de recettes à jour, ainsi qu’un carnet d’achat s’ils en effectuent dans le cadre de leur activité professionnelle.
  • Les factures et les devis doivent être conservés dans leur intégralité jusqu’à 10 ans après l’éventuelle fermeture de l’auto-entreprise. Ces documents servent de preuve en cas de litige juridique.
Partager cette article sur: