Le domaine industriel, de l’automobile, ou de la chimie est celle qui ont le plus l’usage du conditionnement en seringue et cartouche. S’ils ne peuvent contenir qu’un seul produit, comme la graisse ou la colle on les appelle monocomposant. Logiquement, ils sont dits bi composants lorsqu’on a un double tube avec deux sortes de substances (peinture par exemple) qui forme une seule cartouche. Aussi, recharger celle-ci nécessite un certain savoir-faire, car les dosages sont précis.

Contours de la notion de conditionnement

Le conditionnement est l’emballage en contact direct avec le produit ou le matériau. Sa principale fonction est de garder ce dernier dans de bonnes conditions de conservation. Il a également pour utilité d’attirer l’attention des prospects. Étant l’élément que ceux-ci voient en premier, le conditionnement doit donner un aperçu de la qualité du produit. En effet, il est rare de pouvoir déterminer ce qu’il y a à l’intérieur du contenant. Ainsi, il appartient au conditionneur de livrer les caractéristiques du produit en question. Ces données sont précieuses afin d’éviter des accidents d’utilisation aux consommateurs. D’un autre côté, le conditionnement est la vitrine des fabricants. Il faut préciser que l’obligation de clarté par rapport aux informations sur le produit vaut pour le conditionnement mono composant, ainsi que pour les conditionneurs cartouches et seringue.

Caractéristiques des modèles que l’on peut trouver

Le principal attrait des conditionnements en cartouches ou en seringues est la précision qu’ils permettent. Ces conditionnements sont tous portatifs. En gros, ils privilégient le côté pratique. Selon les modèles et la nature des produits, les dosages varient entre 5 et 310 ml. Au-delà des standards, certains conditionnements peuvent contenir 900 ml de produit. Certains modèles sont même faits avec des matériaux conçus pour protéger le produit des UV. De toute façon, ils sont personnalisables à l’envie.

Types de produits conditionnés

Les matériaux les plus utilisés sont l’aluminium et le plastique. Étant non dégradable, le plastique est plus indiqué pour contenir des produits liquides. L’aluminium, quant à lui, est utilisé pour les produits pâteux. L’aluminium possède cette faculté de garder le produit à température constante, et de ne pas accrocher le produit. Donc il y a moins de résidus de produit. Niveau esthétique, l’aluminium est plus facile à manipuler. Un conditionnement en aluminium peut être peint directement sur lui-même. La présentation des informations peut donc être soignée, et le rendu visuel est contrôlé. Le plastique ne tolère pas les peintures. Le plus simple est d’y coller des étiquettes, malgré la fragilité de ceux-ci. Concernant les seringues, elles sont généralement munies de piston poussoir, pour plus de maniabilité. Les cartouches ne peuvent se passer de pistolet de dosage.

Partager cette article sur: